01 novembre 2013

Halloween

En cette nuit d’Halloween, Chachoo a encore frappé ! Trois pastels et une feuille de papier noir. C’est ce qu’on appelle une économie de moyen, mais pas de talent !
Une expression qui fait irrésistiblement penser au « Skrik » (Le cri en norvégien) d’Edvard Munch.

Halloween

Posté par Petite Ecole Art à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 octobre 2013

Transparences

Réaliser une transparence peut paraître une gageure pour le profane. En effet comment donner une couleur à quelques chose qui n’en a pas ? Le verre, l’eau, …
Mais en fait, pourquoi tenir absolument à lui donner une couleur alors qu’il suffit simplement de peindre cet objet avec les couleurs du fond ou des formes qu’il cacherait s’il était opaque.

Transparences

Posté par Petite Ecole Art à 13:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 octobre 2013

Embrun

Avec Embrun La série Mother Earth voit ici un heureux développement à travers cette bague discrète et envoûtante. Une très belle aigue-marine enchâssée dans une gangue d’argent massif évoquant la rencontre entre l’océan et la terre. Une goutte d’eau de mer piégée sur des rivages improbables.

Du provençal aiga marina, « eau de mer » (gisement de Montredon-Labessonie dans le Tarn, Midi-Pyrénées). L’aigue-marine est une pierre fine de la famille des béryls (émeraude) Les plus prisées sont d’un bleu profond.
L’aigue-marine, talisman des marins, est dédiée à Neptune et en complément de la turquoise au signe zodiacal du verseau. (Poisson avec  l’améthyste, gémeaux avec la citrine) Selon le poète Thédor Körner l’aigue-marine est particulièrement bénéfique au mois d’octobre.
On lui prête des pouvoirs thérapeutiques sur les algies oculaires et du cou, l’arthrite et les varices. Une véritable thalassothérapie au doigt donc !

Posté par Petite Ecole Art à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2013

Argile magique.

Champignon sur argile

 

 

La haute vallée du Lot est renommée pour ses coins à champignons surtout en cette période. Mais il en est un que l’on aurait eu du mal à deviner, c’est l’atelier de sculpture de la Petite Ecole d’Art. Pendant que les cèpes fleurissent à qui mieux-mieux dans les forêts qui nous environnent un drôle de visiteur s’est invité sur la sculpture de Jean-Louis.
Si par hasard un mycologue averti qui passe par-là pouvait nous renseigner sur cet étrange champignon, nous lui en saurons gré.
Quant à Jean-Louis, il a immédiatement décidé de l’autopsie de la sculpture en question.




Sculpture Argile

 

On prête à l’argile naturelle de nombreuses vertus ; cicatrisante, antiseptique, elle est bienfaitrice des articulations. Elle fait partie de la pharmacopée depuis la plus haute antiquité jusqu'à nos jours. L’argile est une roche sédimentaire composé de particules de tailles inférieur a 2 microns. Outre le mica, le feldspath, des silicates d’aluminium, elle contient une flopée de micro et oligo-éléments ; magnésium, calcium, fer, manganèse... En fait quasiment tous les éléments essentiels à la vie présents dans l’écorce terrestre. Si riche donc que certaines espèces de perruches et perroquets en on fait leur nourriture de prédilection. (Géophagie : consommation de terre argileuse) On comprend mieux que notre champignon aie choisi la sculpture de Jean-Louis pour s’y développer. Un terrain fertile à la limite de la magie, les pouvoirs de l’argile seraient si puissants qu’elle pourrait y abriter la vie et même s’animer tel le golem de la kabbale. D’ailleurs certaines théorie place l’apparition de la vie au sein du milieu alluvionnaire charrié par les fleuves qui deviendront l’argile que nous modelons à l’atelier de sculpture.
Il faudrait un livre pour répertorier toutes les étonnantes qualités de ce matériaux hors du commun. Celle qui nous intéresse le plus à l’atelier est sa plasticité.
On comprend l’attrait de cette matière par les artistes pour créer des formes infiniment renouvelables et que la cuisson rendra aussi inaltérable que la pierre.

Posté par Petite Ecole Art à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2013

Broyer du noir

 

Broyer-du-noir

Dans le métier d’artiste broyer ses couleurs est le B.a.-ba de son activité. En fait toute œuvre commence par là. On rumine ses pensées, on triture ses idées et on broie ses couleurs. Bref, Tout est affaire de mouture !

Dans cette tache méticuleuse qui garantie la pureté des couleurs, la propreté est de rigueur. Vous pouvez imaginer l’angoisse existentielle de l’artiste lorsqu’il envisage de broyer l’os calciné ou le noir de fumée ! Et il n’y a pas plus pulvérulent et volatile que le noir de fumée. Mille précautions doivent être prises pour que, au grand jamais, les pigments ne s’envolent et ne viennent contaminer les autres couleurs ou pire toutes les surfaces du laboratoire.
L’artiste entre alors dans un état proche de la dépression. Il ne parle plus, son souffle est bloqué, il s’isole, fenêtres et portes sont fermées et méticuleusement colmatées. Interdiction absolue de le déranger est faite. Et gare à l’imprudent distrait qui ouvrirait la porte du laboratoire au moment de l’opération. Il s’expose alors à un torrent d’invectives dont il se souviendra longtemps. D’ailleurs dans l’atelier on prévient : " Surtout, ne le dérangez pas…Il broie du noir ! ".

Au 16ème siècle la médecine comparait la digestion au broyage des aliments. Par analogie on pensait que l’estomac qui broyait de la bile noire (se faire de la bile) engendrait des accès de mélancolie (dépression). Ce n’est qu’au 19ème siècle que cette expression à pris le sens actuel de déprimer.

 

Posté par Petite Ecole Art à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 septembre 2013

Noir c'est noir !

Le portrait c’est simple ! Tant qu’on n’en a pas dessiné cent, on en à pas fait un !
Charlotte tiens le bon bout et se permet même quelques petites fantaisies en chemin avec ce portrait en noir et blanc. Cela repose un peu de la couleur !

Gary Marx

Gary Marx est le guitariste fondateur du groupe Sisters of Mercy. Vous ne connaissez pas ? Il faut dire que c’est un groupe de musique quelque peu " underground ", et le choix de la réalisation d’un portrait tout en contraste est ici parfaitement justifié.

 

Posté par Petite Ecole Art à 13:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 septembre 2013

Le clair et l'obscur.

Difficile de trouver plus opaque que le pastel et pourtant avec quelle facilité il peut rendre la transparence et la lumière. C’est la pureté du pigment sans aucun liant qui permet d'accorder la lumière à l’ombre et de magnifier la transparence du papier de la lettre. C’est aussi une parfaite compréhension par l’artiste des jeux de lumière et des oppositions du clair-obscur.

Jeune fille lisant

Jean Raoux né a Montpellier en 1677, prix de Rome et membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture, très apprécié notamment par Voltaire qui le compare à Rembrandt. Spécialiste des scènes de genre il aborde avec la jeune fille lisant une lettre un thème récurrent qui traverse l’histoire de la peinture de Vermeer à Fragonard

 

Posté par Petite Ecole Art à 12:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 septembre 2013

Bouquet de Fleurs

Bouquet de fleurs

Une couleur n’existe pas lorsqu’elle est seule. Elle exprime tout son caractère qu’en compagnie de ses sœurs, en accord ou par contraste, par opposition. Aussi ne faut-il pas hésiter à prendre la couleur à bras le corps sans se laisser impressionner et la confronter à toutes les autres. C’est un trésor de feu d’artifice que nous découvrons alors.

Posté par Petite Ecole Art à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2013

Çà roule au Moulin d’Alexandre !

moulin alexandre ste eulalie olt

 

On ne peut se promener à Ste Eulalie d’Olt sans passer devant un des fleurons du village Le Moulin d’Alexandre. L’auberge familiale vous propose le gîte et le couvert, une cuisine de terroir dont on reparlera certainement, dans un cadre unique qui fait sa renommé. Chambres de charme, terrasse et jardin sans compter l’ambiance incontournable du moulin qui rythme la vie du village.

 

 

 

serre et moulin eulalie olt

Anciennement Lou mouli del Raynal. Le seul moulin à roue verticale en Aveyron, visible depuis la rue de la Tresque. On y fabriquait de la farine et de l’huile de noix jusqu’en 1950.
Il a été magnifiquement restauré en 1980 par M Alexandre (restaurateur dans tous les sens du terme donc !) qui a refait sa roue verticale de 3,80m de diamètre, ses mécanismes et curé le canal d’alimentation dont on peut voir la résurgence au coin de la rue de La Fontaine de Sainte Anne (parking).
M. Alexandre a également restauré le moulin à rodet (roudet) qui est abrité par le bâtiment du pont de Tresque. Un type de moulin plus commun en Aveyron. Ici, la meule est entraînée par un mécanisme qui repose sur une roue horizontale à cuillères, le rodet (Pirouette). Deux buses d’eau sous pression actionnent cette turbine ingénieuse. Ce type d’installation à roue horizontale est économique et de construction facile mais de faible rendement Il est ainsi adapté au cours d’eau de faible débit et de petite déclivité (une chute de quatre mètres suffit).

Au Moulin d’Alexandre - Auberge
Bar -Tabac, Hotel - Restaurant
Rue de la traverse
Tél.: 05 65 52 73 78

Distance PEA : 30 m

auberge moulin alexandre eulalie olt

Posté par Petite Ecole Art à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2013

On est marron !

Il est des lieux ou certains mots ne se prononcent pas !
Essayez donc de nommer le lapin sur un bateau sans vous attirer les foudres de l’équipage ! Le grandes z’oreilles est certainement l’animal le plus détesté de nos amis marins, qui ne sont pas les moins superstitieux, il faut l’avouer !
Mais il y en a d’autres pas très éloignés de cette  lagomorphobie  des marins.
Le mot corde est interdit dans un théâtre. Peut être parce que les techniciens qui manipulaient les décors à l’aide de palans et cordes étaient d’anciens marins et que sur un bateau le mot corde n’était employé que pour désigner celle qui sert à pendre les mutins ? ...

Trois Marrons

En art le pigeon, ce placide volatile, n’est pas en odeur de sainteté auprès des sculpteurs. Et on devine aisément pourquoi. Si vous ne le savez pas, je vous raconterai un jour en privé (à l’atelier donc) la petite histoire de la fée ivre qui traverse le parc Monceau ! Mot à prohiber donc, dans un atelier de sculpture.

A la petite Ecole d’Art, c’est le mot « marron » qui fait grincer des dents. Peut-on imaginer un mot aussi dénué de sens coloré que le mot marron? Si imprécis qu’il désigne une flopée de couleurs et de ton différents. Ils y en a même qui ne sont pas encore sortie de l’enfance et l’applique à la couleur des troncs d’arbres !
Remplacez le donc par ; terre d’Ombre brûlée, terre de Sienne naturelle, Brun peut être ! On tolérera «couleur châtaigne » à la rigueur (On est en Aveyron tout de même ! ) Mais certainement pas «marron » … Tenez vous le pour dit !

Posté par Petite Ecole Art à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]