12 mars 2014

L’Apocalypse selon Charlotte.

J’ouvre ici une nouvelle rubrique destinée à l’animation ou plus exactement à l’art de l’animation. Quel artiste n’a jamais rêvé de voir les formes qu’il vient de dessiner s’animer et prendre vie ? C’est un rêve auquel nous allons modestement tenter de réaliser ici.

 

Charlotte Petite Ecole d'ArtL’idée nous est apparue lorsque nous travaillions avec Charlotte sur les mouvements du corps à partir d’un pantin de bois et d’une œuvre de Luis et Romulo Royo, Maléfic Time : Apocalypse. Dans cette œuvre se trouve une planche dessinée où le personnage effectue une série de mouvement avec des sabres. Une sorte de danse martiale, un kata.
Apres l’exécution de trois ou quatre silhouettes, il est apparu qu’elles faisaient partis d’un tout, d’un mouvement complet… Et si cela mis bout à bout donnait un dessin animé ? Ce qui était pour rire est vite devenus sérieux avec la réalisation de 49 esquisses successives et d’un premier test d’animation.
L’illusion du mouvement est due au phénomène dit de persistance rétinienne. Il faut un certain temps pour qu’une image perçue s’évanouisse et qu’elle soit remplacée par la suivante (1/30ème de seconde environ) Avec nos 49 images nous avons donc à peine plus de une seconde de film. Nous sommes très loin des productions Disney. Mais même si nous dessinons toutes les silhouettes à la main, nous comptons sur la technologie numérique pour nous aider dans notre tâche.

 

Animation-1

Une première esquisse de mouvement qui nous conforte dans notre délire.L’effet de sautillement de l’image est dû aux manques plus ou moins important entre les phases de mouvements… Il n’y plus qu’a !... Pour améliorer tout cela!

L’histoire commence à se mettre en place, le scénario se cristallise autour de cette simple danse. Il nous manquait un décor ! Là aussi Charlotte s’est inspirée de l’univers post apocalyptique des Royos.

Décor Animation

Luis Royo : Artiste peintre, illustrateur espagnol, né en 1954. Commence par une expérience de décorateur avec un bagage de peinture, botanique et dessin technique. Il s’oriente vers la bande dessinée et publie en 1981 en parallèle avec des travaux d’illustration pour différents magazines ; Heavy Métal, Comic Art,  ainsi que des calendriers, posters, cartes postales, …
Maléfic Time : Apocalypse, est réalisé en collaboration avec son fils Romulo né en 1976.

Posté par Petite Ecole Art à 13:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


02 mars 2014

Deux temps et trois mouvements.

L’accumulation est le propre de la nature morte. Elle peut ainsi être laborieuse à réaliser, à l’inverse de celle ci ; Composée par Gaston (notre pourvoyeur de Fouace). Simplicité, rapidité d’exécution du pastel et habile utilisation de la lumière en contraste fort avec le choix du support font la réussite d’une œuvre légère et efficace.

Nature morte 3 raisins

Posté par Petite Ecole Art à 10:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 février 2014

La Joconde du Nord

Jeune Fillle à la perle

"La Joconde du Nord" ainsi surnomme-t-on ce petit tableau de 45x40 cm peint par  Johannes Vermeer vers 1665. Mais on lui accorde le plus souvent le nom de "Jeune fille à la Perle" ou "Jeune Fille au Turban". Il est de fait que le mystère qui entoure cette œuvre de Vermeer est aussi épais que celui de la Joconde . D’abord oubliée, elle est achetée 2 florins et 30 centimes en 1881. Une somme modique due au piteux état de la toile, trouée au niveau de l’œil droit et de la pommette gauche. Une fois restaurée elle révèle la troublante beauté qui émane du visage de la jeune fille. Une œuvre et un visage qui continue à susciter bien des interrogations.
En effet, le portrait sort de la production de Vermeer qui est un peintre de scène de genre aux intérieurs rigoureux et à l’ambiance austère bien que lumineuse. L’atmosphère pesant du rigorisme religieux du temps y étant certainement pour quelque chose.

 

Rien de tout cela ici !  Ce visage est un véritable instantané de vivacité de fraîcheur et de sensualité. Elle pourrait être de notre temps ! Un "Selfie" spontané sorti tout droit d’un appareil numérique.
Le modelé imprécis du visage en un flou artistique savamment contrôlé oblige l’œil a recomposer les éléments du visage plutôt qu’a le voir (ainsi l’arête du nez est plus devinée que marquée). On ne sait rien  du modèle, jeune fille de Delft, servante ou fille de l’artiste ? On y a vu un visage idéalisé plutôt qu’ancré dans le réel de Vermeer. Pourtant ce regard planté dans les yeux de l’artiste laisse peu de doute quant à leurs liens. La clé est certainement dans la perle et la composition qu’elle forme avec la bouche et le regard. Il y a une forte opposition entre la perle blanche reflétant la lumière, symbole de pureté et de chasteté, et la bouche purpurine entrouverte et humide d’une allusion troublante soulignée par l’appel du regard jeté avec désinvolture par dessus son épaule.
Il n’en faut pas plus pour que l’écrivain Tracy Chevalier suggère dans un roman à succès du même nom que l’œuvre, les relations équivoques entre l’artiste et son modèle.

A la Petite Ecole d’art  la Jeune fille à la Perle est un marronnier en quelque sorte et l’on ne compte plus le nombre de fois où on l’a étudiée et copiée pour en cerner le mystère. On s’attaque plus facilement à la copie de cette œuvre qu’a celle de la Joconde du grand Léonard. Mais sa simplicité n’est qu’apparente et Eliane en a vite compris les raisons que j’ai décrites plus haut.

Jeune Fillle à la perle copie

Enfin je ne peux que vous recommander le film "La jeune fille à la Perle" réalisé par Peter Webber avec Scarlett Johanson et Colin Firth, où chaque plan du film est un véritable Vermeer.

 

Posté par Petite Ecole Art à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2014

Vert Canard

Il y a un domaine ou la sculpture rejoint la peinture c’est celui des patines.
Initialement les patines s’obtiennent par l’effet du temps et des éléments sur des matières nobles qui leur résistent ; le chêne, le tilleul, bronze... L’impatience fait qu’il est parfois difficile d’attendre des années, et peut être plus, pour que nos créations prennent ces belles patines qui leur donnent leurs caractères. Et c’est d’autant plus difficile lorsque la matière risque de ne pas prendre la patine désirée.
Rien de plus facile et de plus sûr donc, que de l’imiter avec de la peinture pour reproduire l’effet du temps. Quelle que soit la matière utilisée comme support !

Pelican

Malgré les apparences ce magnifique pélican, est en terre cuite (faïence). Il a fallu à peine plus d’une heure pour lui donner cette fière allure de bronze patiné en lieu et place de la surface terne et crayeuse de sa sortie du four.

Posté par Petite Ecole Art à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2014

La Tête dans les Nuages.

Vous vous souvenez de l’article sur l’art pariétal et les peintures rupestres ? En voici une autre, et de haute volée, puisqu’il s’agit des "graphs" réalisés par Michel-Ange entre 1508 et 1510  sur les murs de la Chapelle Sixtine et plus particulièrement du plafond qui à été récemment restauré (1981-1989). Si Michel Ange est l’auteur des neuf scènes centrales du plafond on sait moins que d’autres artistes renommés de l’époque sont intervenus sur les murs de la célèbre bâtisse et notamment Boticelli.
Mais revenons à la technique utilisée pour modeler les drapés. La luxuriance des couleurs fait oublier le peu de quantité de teintes disponibles à l’époque. Elle est terriblement pauvre par rapport à la palette pléthorique dont disposent les artistes d’aujourd’hui. Ainsi il était très difficile d’éclaircir ou d’assombrir une couleur sans lui faire perdre sa pureté en lui ajoutant du blanc de la terre d’ombre brulée ou du noir. Pour pallier à cela Michel-Ange va utiliser la technique du "cangiante" (changeant en italien) qui consiste à remplacer une couleur plus claire ou plus sombre lorsqu’il ne pouvait dégrader une couleur pure. Ainsi il remplace l’orange par le jaune pour simuler l’éclaircissement ou vice versa pour l’ombre. Cela ne vous rappelle rien ? Cette technique dont se servent les impressionnistes qui utilisent des couleurs pures, froides pour les ombres et chaudes pour les lumières !

Chapelle sixtine

Mais vous allez pouvoir vérifier tout cela vous-même en une visite privée.
Seul au milieu de la Sixtine, sans la cohue des 10 000 touristes qui y déambulent chaque jour.
Prenez votre temps et admirez, cette visite va vous coller au plafond.

Visite virtuelle chapelle sixtine

 

Posté par Petite Ecole Art à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 janvier 2014

La Belle et la Bête.

La sculpture permet autant, sinon plus, d’expression que la peinture. En témoignent ces deux bustes en complète opposition. Un Monsieur Gainsbourg réalisée librement par Jean-Louis en terre rouge (à partir de dessins de caricature) et ensuite patinée en une belle imitation bronze. Une précieuse jeune fille réalisée par Michèle en terre blanche, parfaitement choisie pour le sujet, et aux finitions méticuleuses.

Sculpture buste gainsbarre

Posté par Petite Ecole Art à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2014

En janvier fait ce que Voeux !

Petite Ecole Art 2014

"Regarder simplement un tableau donne du plaisir. C'est comme regarder des fleurs, on ne leur cherche pas un sens".
Jackson Pollock.

 

Posté par Petite Ecole Art à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2013

La main de l’Homme était une femme !

Art Rupestre

Nous sommes ici aux sources de la création graphique et de la communication. L’art pariétal fascine autant qu’il soulève d’interrogation. La première étant celle de leurs auteurs ou, devrais-je dire, leurs auteures. En effet, l’anthropologue Dean Snow spécialiste de l’art pariétal à l’université de Pennsylvanie, après l’analyse de 32 empreintes de mains relevées sur les parois de grottes ornées françaises et espagnoles, émet l’hypothèse qui s’agit de main de femmes. Pour cela il se sert de l’indice de Manning qui définit le rapport de longueur entre l’index et l’annulaire. Ce rapport serait influencé chez la femme par le taux d’œstrogène et chez l’homme par celui de testostérone. (J’en vois d’ici qui commence à regarder leurs mains autrement !) Résultat, 75% des empreintes de mains exécutées au pochoir auraient été réalisée par des femmes.On peut ajouter que les trois quarts des empreintes sont celles de mains gauches (La plupart des Hommes* sont droitiers) la main droite étant utilisée pour la projection de la préparation colorée un mélange de graisse animale et d’ocre ou d’oxyde. Ces traces ont donc bien été faites par les artistes et ces artistes rupestres étaient bien souvent des femmes.

Reste maintenant a découvrir la signification de ces empreintes. Seraient-elles les témoins de séances d’initiation, de rituels magiques, thérapeutiques (Ont relève dans la grotte de Gargas; Ht-Pyrénnées, des empreintes aux doigts mutilés), religieux ou divinatoire. Ou bien, plus prosaïquement, la signature d’un simple désir ludique ou esthétique d’embellir son habitat.

* Si je mets un H majuscule à Homme, c’est parce que j’embrasse toutes les femmes.

Art Parietal

Maintenant dans une réflexion personnelle pour l’interprétation de ces peintures rupestres, considérons ce que sont les empreintes négatives.
L’empreinte en négatif a une dimension autrement plus parlante que celle en positif. En effet l’empreinte positive a le risque d’être considérée comme une simple empreinte de passage comme le laisserait les animaux dans la boue aux alentours d’un point d’eau. Au contraire cette empreinte est un signe de communication. Et que nous dit cette main en négatif ?
Elle nous dit :
" Regardez ! Je laisse cette empreinte intentionnellement, je détoure (et donc vous informe que j’ai deux mains semblables) et vous montre ce qui fait de moi un être unique… Une main ! Cette main a tracé ces dessins sur cette paroi en ayant pleine conscience de ce qu’elle faisait. Ce que vous voyez n’est pas qu’une trace animale ou un produit du hasard. Ma main est la prolongation de ma pensée et me permet de représentez ce que je vois et ce que je suis. Et je me pose une question fondamentale : Voyez-vous la même chose que moi ? Comme vous, qui demain interpréterez cette main, sachez que je pense et j’ai conscience que je pense ! "

Chacun a déjà posé sa main sur une feuille de papier et en a dessiné les contours avec un crayon. La satisfaction que l’on ressent à la contemplation de l’empreinte laissée est comparable à celle de l’artiste face à sont œuvre achevée.
Cette empreinte est l’enfance de l’art, mais c’est cette main qui a enfanté l’Art.

Posté par Petite Ecole Art à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2013

Fin d'Année.

Les cours de dessin et sculpture de la Petite Ecole d’Art s’interrompent ce samedi 21 décembre à 17h.
Ils reprendront le samedi 4 janvier 2014 à 10h.
L’atelier de bijouterie  de la Tresque reste ouvert pendant les vacances aux préparations CAP et DMA.
Nous nous reverrons donc avec plein de vœux pour l’année prochaine et vous souhaitons à tous de;
Très bonnes fêtes de Fin d’Année.

Houx Petite Ecole Art

Posté par Petite Ecole Art à 10:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 décembre 2013

Fouace de Noël

Fouace de noel

Il est vrai que la météo du moment ne prête pas à sa réalisation, elle qui a besoin de chaleur douce pour se trouver en pleine forme. Et pourtant voici un gâteau qui peut remplacer sans rougir une part de bûche.
La fouace est le gâteau emblématique du plateau de l’Aubrac et s’invite souvent dans la vallée pour notre plus grand bonheur de gourmand. Avec le gâteau à la broche (dont nous reparlerons certainement) elle forme un couple qui caractérise Ste-Eulalie-d’Olt à l’exacte frontière entre les Causses et  l’Aubrac.
La fouace est également dégustée dans d’autres régions de France; C’est la Fouée en Anjou et en Vendée. La fouace nantaise a également sa réputation méritée. Mais celle a qui nous rendons honneur ici c’est celle de Paulette (Que Gaston embrassera pour nous) Venue en droite ligne de Laguiole elle a atterri sur la table de l’atelier de la Petite Ecole d’Art où le plaisir des papilles a vite succédé à celui des yeux.


La Fouace est de la famille des brioches, gâteau né au 16ème siècle en Normandie. Il n’est pas étonnant que nous la retrouvions en vedette d’une œuvre de Jean Siméon Chardin au 18ème siècle. Osons avancer que la fleur d’oranger qui surmonte cette brioche pourrait laisser penser qu’il s’agit bien d’une fouace dont la pâte est parfumée à la fleur d’oranger en Aveyron et pas qu'une simple brioche.

La Brioche

Posté par Petite Ecole Art à 13:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]