05 avril 2016

Paréidolie

Nuages pastel

 

Le retour du beau temps nous incite à mettre le nez dehors et à le lever vers les cieux. Et pourtant ce bleu azur uniforme est bien triste et ennuyeux pour l’artiste qui lui préféra les ciels nuageux, aux variations colorées pouvant parfois nous montrer toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Le ciel est certainement la première œuvre abstraite que l’Homme ait eu à contempler. Une œuvre qui montre ce qu’on veut bien y voir, visages, paysages, monstres légendaires,...
Ce phénomène se nomme paréidolie, une caractéristique de notre cerveau à associer les éléments d’informations fournis par l’œil à des objets connus. Ne vous inquiétez pas si cela vous arrive, vous n’êtes pas fou, c’est une tendance toute à fait naturelle de notre esprit.
Aussi ne vous étonnez pas de voir dans une œuvre des choses que d’autres ne voient pas. Et même que l’artiste lui-même n’a pas eu conscience d’y mettre. Le fameux "Flou Artistique" participe d'ailleurs à ce phénomène.

Nuages huile

Posté par Petite Ecole Art à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 juin 2014

Samedi on est vernis !

Un grand merci à la joyeuse équipe qui m’a aidé à préparer l’exposition " Travaux d’Atelier ".
Ce n’est pas une mince affaire que d’installer des dizaines de dessins peintures et sculptures en essayant de contenter chaque exposants. Vous pourrez même y découvrir, en avant première mondiale, une projection sur écran géant d’une vidéo d’animation.(Cf: L'Apocalypse selon Charlotte)
Je vous y reçois samedi à partir de 14h et ce jusqu'à 19h.
Un bon préambule à la fête de la Musique. !

Vernissage William Turner
Ce moment privilégié de " Vernissage " à été attribué à William Turner (1775-1851). Ce grand maître de la peinture et de l’aquarelle, membre titulaire de la Royal Académie avait pour habitude de corriger ou d’augmenter ses œuvres jusqu'à la dernière minute les vernissant la veille de l’exposition. Il conviait alors son entourage à assister à l’événement en privé, certainement pour en recueillir les premiers avis.
En retouchant ainsi ses œuvres, il agissait en contrevenant largement à la règle du temps de séchage des toiles à l’huile avant le vernissage (un an pour les plus chargée) et surtout il lui arrivait même d’apposer une dernière touche sur les lieux de l’exposition, sur le vernis même, ce qui posera beaucoup de soucis aux futurs restaurateurs qui ne pourront alléger les vernis posés sans risquer de détruire ces dernières touches.
A droite: Œuvre de William Parrot représentant Tuner lors d’un vernissage.

Posté par Petite Ecole Art à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2013

Un bijou à la cheville.

Dans un atelier de bijouterie tout tourne autour d’une petite pièce de bois qui peut vous sembler insignifiante au regard des innombrables outils qui l’entourent. Et c’est pourtant là qu’ils se donnent tous rendez-vous. Limes, scies à reperçer, fraises, … Tous ont, un moment ou à un autre, eu affaire à elle : La cheville. La reine de l’atelier est pourtant une pièce martyre qui ne connaîtra jamais les sunlights des vitrines. Mais sans elle rien n’est possible. Simple pièce de bois dur, parfois taillée en queue d’aronde, et fixée à l’établi, elle va recueillir toute l’attention et la sueur de l’artisan et aussi ses confidences et états d’âmes.
Il est dit que l’on n'est pas un bon bijoutier tant que l’on a pas usé jusqu'à la garde trois chevilles…
Cela tombe bien, il y a justement trois chevilles à l’Atelier de la Tresque !

Bijou Cheville

Posté par Petite Ecole Art à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2013

Argile magique.

Champignon sur argile

 

 

La haute vallée du Lot est renommée pour ses coins à champignons surtout en cette période. Mais il en est un que l’on aurait eu du mal à deviner, c’est l’atelier de sculpture de la Petite Ecole d’Art. Pendant que les cèpes fleurissent à qui mieux-mieux dans les forêts qui nous environnent un drôle de visiteur s’est invité sur la sculpture de Jean-Louis.
Si par hasard un mycologue averti qui passe par-là pouvait nous renseigner sur cet étrange champignon, nous lui en saurons gré.
Quant à Jean-Louis, il a immédiatement décidé de l’autopsie de la sculpture en question.




Sculpture Argile

 

On prête à l’argile naturelle de nombreuses vertus ; cicatrisante, antiseptique, elle est bienfaitrice des articulations. Elle fait partie de la pharmacopée depuis la plus haute antiquité jusqu'à nos jours. L’argile est une roche sédimentaire composé de particules de tailles inférieur a 2 microns. Outre le mica, le feldspath, des silicates d’aluminium, elle contient une flopée de micro et oligo-éléments ; magnésium, calcium, fer, manganèse... En fait quasiment tous les éléments essentiels à la vie présents dans l’écorce terrestre. Si riche donc que certaines espèces de perruches et perroquets en on fait leur nourriture de prédilection. (Géophagie : consommation de terre argileuse) On comprend mieux que notre champignon aie choisi la sculpture de Jean-Louis pour s’y développer. Un terrain fertile à la limite de la magie, les pouvoirs de l’argile seraient si puissants qu’elle pourrait y abriter la vie et même s’animer tel le golem de la kabbale. D’ailleurs certaines théorie place l’apparition de la vie au sein du milieu alluvionnaire charrié par les fleuves qui deviendront l’argile que nous modelons à l’atelier de sculpture.
Il faudrait un livre pour répertorier toutes les étonnantes qualités de ce matériaux hors du commun. Celle qui nous intéresse le plus à l’atelier est sa plasticité.
On comprend l’attrait de cette matière par les artistes pour créer des formes infiniment renouvelables et que la cuisson rendra aussi inaltérable que la pierre.

Posté par Petite Ecole Art à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2013

Broyer du noir

 

Broyer-du-noir

Dans le métier d’artiste broyer ses couleurs est le B.a.-ba de son activité. En fait toute œuvre commence par là. On rumine ses pensées, on triture ses idées et on broie ses couleurs. Bref, Tout est affaire de mouture !

Dans cette tache méticuleuse qui garantie la pureté des couleurs, la propreté est de rigueur. Vous pouvez imaginer l’angoisse existentielle de l’artiste lorsqu’il envisage de broyer l’os calciné ou le noir de fumée ! Et il n’y a pas plus pulvérulent et volatile que le noir de fumée. Mille précautions doivent être prises pour que, au grand jamais, les pigments ne s’envolent et ne viennent contaminer les autres couleurs ou pire toutes les surfaces du laboratoire.
L’artiste entre alors dans un état proche de la dépression. Il ne parle plus, son souffle est bloqué, il s’isole, fenêtres et portes sont fermées et méticuleusement colmatées. Interdiction absolue de le déranger est faite. Et gare à l’imprudent distrait qui ouvrirait la porte du laboratoire au moment de l’opération. Il s’expose alors à un torrent d’invectives dont il se souviendra longtemps. D’ailleurs dans l’atelier on prévient : " Surtout, ne le dérangez pas…Il broie du noir ! ".

Au 16ème siècle la médecine comparait la digestion au broyage des aliments. Par analogie on pensait que l’estomac qui broyait de la bile noire (se faire de la bile) engendrait des accès de mélancolie (dépression). Ce n’est qu’au 19ème siècle que cette expression à pris le sens actuel de déprimer.

 

Posté par Petite Ecole Art à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]